Comment me joindre

Mail: contact@lefrantalien.fr

Un cœur unique

P. DUQUESNE

 

Pour n’inquiéter personne, parmi tes bien aimés,

À l’écart de tout regard il s’est abîmé ;

Assurément parce qu’il n’a fait que se donner,

Ton cœur sans rien dire a failli t’abandonner.

 

Toi qui, inquiète nous réchauffais sous ta douce aile,

Avec l’aspect paisible et fluide d’une aquarelle,

Pleine de bonté, le regard plus que bienveillant,

Tu étais là, rien que pour nous, le cœur vaillant.

 

Toi qui, craintive, à tout danger éventuel,

Nous rassemblais, par réflexe et par rituel,

À tes côtés, pour apaiser et conforter ;

On ressentait, que ce cœur tendre, nous exhortait.

 

Toi qui, sans peur, les armes levées, réagissais

Comme un rempart, à tout péril, qui surgissait

Et qui osait, trop près de nous, s’aventurer ;

Ce cœur de lionne, plein de bravoure, nous rassurait.

 

Toi qui, je sais, serais capable, pour nos survies,

De déplacer des montagnes et d’offrir ta vie,

Sans te poser de question, sans hésitation ;

Ce cœur glorieux nous incite à l’admiration.

 

Le temps a fait son œuvre il l’a fragilisé,

Il est urgent pour lui de se stabiliser,

Et d’accepter notre tendresse et affection ;

Ce cœur précieux a maintenant notre attention.

 

Au mérite de ce cœur unique, inestimable,

Je veux qu’il soit pour nos esprits, inoubliable.

Aucun écrit, aucune chanson, aucun poème,

Ne te diront, maman chérie, combien je t’aime.