Comment me joindre

Mail: contact@lefrantalien.fr

De Mozart à Bechet

J’aime celui, qui compose et excelle dans son art,

Comme l’a fait le grand et prodigieux jeune Mozart :

C’était une amusette, un enfant pas très sage,

Mais il passe, sans vieillir, à travers tous les âges.

 

J’aime le jazz de Bechet : le roi du spontané,

Son swingue vit et balance depuis toutes ces années.

Bien qu’il eût des manières de vaurien, en son temps,

Son génie et son style ont un air de printemps.

 

J’aime les deux et refuse, même l’idée, de choisir,

Ils m’apportent, chacun à leur façon, du plaisir,

Je serais désolé, d’avoir une préférence,

Ce serait dommageable de faire une différence.

 

J’aime la rime quand elle est précise et attendue,

Qu’elle résonne en échos, qu’elle soit bien entendue ;

Peu importe qu’elle soit plate, croisée ou embrassée,

Mais surtout elle doit être heureuse et bien pensée.

 

J’aime les vers lorsqu’ils ont une mesure régulière,

Et qu’ils coulent avec une fluidité singulière,

Lorsqu’ils sont faits avec des mots de tous les jours,

Simples et clairs, que l’on note et retient pour toujours.

 

J’aime celui qui a comme le poète une âme libre ;

Que ce soit un trouvère, que ce soit un félibre,

S’il exprime ses idées à travers son vécu,

Avec grâce : il est prince ; soyez-en convaincu.

 

J’aime flâner et me moque qu’une distance soit en mètres

Ou en lieues, c’est le temps que je vais devoir mettre

Pour la faire qui compte et, que ce soit à mon aise :

À pieds ou à cheval, il faut que ça me plaise.