Comment me joindre

Mail: contact@lefrantalien.fr

Un jour la tolérence

J’aimerais qu’un jour, il n’y ait plus d’indifférence,

J’aimerais qu’un jour, on s’indiffère des apparences,

J’aimerais qu’un jour, on revendique la différence,

J’aimerais qu’un jour, on fête ensemble la tolérance. 

 

Un mois d’automne, c’est un bon choix, c’est une saison

Forte d’expériences, pleine de sagesse et de raison,

Qui se souvient des âges tendres de la floraison,

Qui a l’hiver, froid et dur dans son horizon,

Qui garde encore de sa jeunesse toutes les couleurs :

Du vert pistache, clair, fragile et plein de pâleur,

En passant par le vert chartreuse, très enjôleur,

Au vert émeraude, riche de vigueur et de valeur ;

Auquel s’ajoutent dans une palette très nuancée

Des tons pour dire que le temps est bien avancé,

De jaune, de rouge, qui finiront par s’effacer,

Mais qui nous offrent l’harmonie d’un style balancé.

 

J’aimerais qu’un jour, il n’y ait plus d’indifférence,

J’aimerais qu’un jour, on s’indiffère des apparences,

J’aimerais qu’un jour, on revendique la différence,

J’aimerais qu’un jour, on fête ensemble la tolérance.

 

La fin septembre, mois des lumières, pourrait convenir,

Nous avons tous ses beautés dans nos souvenirs,

Pour ses lueurs d’une profondeur à définir,

Et d’une douceur, qu’on voudrait toutes les retenir ;

Pour sa tiédeur, nous ne sommes plus dans les chaleurs

Des étés fous et pour le froid ce n’est pas l’heure,

Il reste encore des jours heureux, ensorceleurs,

Pour apprécier et oublier tous nos malheurs.

Un beau dimanche pour faire la fête, c’est mérité,

C'est la fin d'une période pleine de maturité,

Et le début d'un nouveau temps, en parité :

Un exemple de compromis, sans ambiguïté.

 

J’aimerais qu’un jour, il n’y ait plus d’indifférence,

J’aimerais qu’un jour, on s’indiffère des apparences,

J’aimerais qu’un jour, on revendique la différence,

J’aimerais qu’un jour, on fête ensemble la tolérance.